Douze sites d’exception

Une série de douze sites fortifiés par Vauban est inscrite depuis 2008 sur la Liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Chaque site représente une facette des fortifications de Vauban, formant ainsi une déclinaison complète et exemplaire de l’oeuvre de défense du grand ingénieur et exprimant la valeur universelle exceptionnelle de son oeuvre :
• l’évolution de ses conceptions défensives, organisées après lui en premier, deuxième et troisième système,
• une déclinaison géographique complète (sites de plaine, de bord de mer et de montagne),
• le type d’ouvrage : fort, enceinte urbaine, tour côtière, ville neuve ou citadelle,
• la transformation d’ouvrages préexistants ou la création de forteresses neuves.

Besançon

C’est à l’initiative de la Ville de Besançon que le Réseau des Sites Majeurs de Vauban a été créé. Sa création répondait à deux objectifs : contribuer à l’inscription de l’oeuvre de Vauban sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO qui a eu lieu à Québec le 7 juillet 2008 et coordonner les actions en faveur de la conservation, la gestion et la mise en valeur du patrimoine architectural, urbain et paysager.
Premier site culturel et touristique du centre-est de la France, la Citadelle de Besançon est considérée comme l’une des plus belles citadelles de France. Elle surplombe de plus de 100 m la vieille ville de la capitale comtoise, enserrée dans un méandre de rivière, offrant depuis ses remparts des panoramas spectaculaires. À Besançon, Vauban a exploité au mieux les caractéristiques de défense naturelle que présente le site de Besançon. En construisant la citadelle, pièce maîtresse de l’ensemble sur la partie la plus étroite, il signe une réalisation majeure et sans doute la plus emblématique de son génie ; puis il conçoit l’enceinte de Battant, avec bastions, courtines et demi-lunes dominés par le fort Griffon, seconde citadelle faisant face à la première. Enfin, il optimise la défense du coeur ancien de Besançon, en édifiant six tours à canons bastionnées le long du Doubs. L’ingénieur transforme ainsi Besançon en véritable bastion défensif, rôle qui se renforce au XVIIIe siècle. Les modifications de défense, qui interviennent aux XIXe et XXe siècles ont laissé presque intacts les fortifications de Vauban, qui représentent aujourd’hui 11 hectares de superficie.

Pour en savoir plus sur le Réseau des sites majeures de Vauban : www.sites-vauban.org
Découvrir la Citadelle : www.citadelle.com